Comment lutter contre le vandalisme?

Aujourd’hui, j’ai reçu mon premier spam sur le blog. Heureusement, Akismet veillait. Je vais en profiter pour parler aujourd’hui de l’équivalent Wikipédien de la lutte contre le spam : La lutte contre le vandalisme. Le vandale, pour ceux qui ne savent pas et n’ont pas envie de cliquer sur le lien précédent sont ceux qui dégradent sciemment le contenu de Wikipédia. Il y a plusieurs moyens de lutter contre le vandalisme, sur Wikipédia :

  • Salebot : Le sale bot. C’est le filtre anti-spam de Wikipédia. C’est un filtre anti-spam un peu primaire qui sera remplacé un jour par AbuseFilter. Salebot est un « utilisateur » machine (un bot) extérieur à Wikipédia qui vérifie si quelqu’un écrit « caca », et dans ce cas annule sa modification et prévient l’utilisateur vandale. AbuseFilter sera un système intégré à Wikipédia. Ça sera mieux et plus rapide. En tout cas, c’est mieux que de n’avoir aucun système anti-spam, ce qui était le cas pendant plusieurs années au début de Wikipédia.
  • Les RC : RC signifie « Recent Changes », modifications récentes en français. Il y a dans le menu à gauche un lien « Modifications récentes » sur toutes les pages de Wikipédia en français. C’est la manière la plus courante pour les utilisateurs en chair et en os de lutter contre le vandalisme. Dans cette page, on voit les toutes dernières modifications qui ont été effectuées sur Wikipédia, et on peut d’un clic (en cliquant sur « diff ») vérifier si la modification est sensée. Les habitués qui luttent contre le vandalisme de cette manière sont appelés les patrouilleurs RC. C’est pas un rôle, mais certains utilisateurs font ça plus souvent que d’autres. On fait ça quand on veut, quand on a envie de contribuer sans trop savoir quoi faire par exemple. Les modifications récentes allant très vite, il faut être rapide. Pour être plus rapide, il existe LiveRC, un outil en béta-test. Perso, j’en suis pas fan, mais beaucoup l’utilisent.
  • Les RC ciblées : Dans les RC, on peut choisir de ne regarder les modifications que de certains types d’utilisateurs. On peut d’une part voir les RC des comptes nouvellement crées, et d’autre part les RC des utilisateurs n’ayant pas de compte. Comme 99.9% des vandales sont dans l’un de ces deux cas, c’est très pratique.
  • La LdS: LdS signifie Liste de Suivi. Seuls les utilisateurs ayant un compte disposent d’une liste de suivi. Il s’agit en quelque sorte d’un sous-ensemble des modifications récentes : L’utilisateur choisi des articles qu’il veut suivre en cliquant sur « suivre cette page », ou sur une petit étoile, en haut à droite de la page de l’article. Ensuite, l’utilisateur trouvera dans sa LdS (bouton « Liste de suivi » en haut à droite) les dernières modifications qui ont été effectuées sur les pages qu’il suit actuellement. Notons qu’il est possible dans ses préférences d’ajouter automatiquement dans sa LdS tout article de Wikipédia que l’on modifie. Ça permet d’avoir assez vite dans sa LdS des articles sur des sujets qu’on maîtrise vu qu’on y a ajouté de l’information, des articles qui sont souvent vandalisés vu qu’on a lutté contre le vandalisme sur ceux-ci, etc. En ce moment, je suis 2728 pages. Pour donner une idée, ça fait que chaque jour je vois et peux vérifier entre 30 et 50 modifications sur ces articles.
  • Par hasard : Il se peut que, en lisant un article sur Wikipédia, on tombe par hasard sur un vandalisme qui traînait là. Parfois, des vandalismes qui ont échappés à la vigilance des habitués restent assez longtemps. Je crois que j’ai déjà vu, cas exceptionnel, un vandalisme qui été resté pendant deux ans sur un article au sujet « insignifiant » (genre dame noble du 12ème siècle qui n’a rien fait à part produire la génération suivante)

Quand on repère un vandalisme, il y a conventionnellement quatre choses à faire. Dans l’ordre que j’ai l’habitude de faire :

  • Vérifier l’historique : Il se peut que le vandale ait modifié plusieurs fois de suite l’article vandalisé. Je vérifie donc l’historique. Pour cela, en haut d’article, il y a un bouton « Afficher l’historique ». On voit alors les modifications de l’article dans l’ordre chronologique décroissant. Si les dernières modifications ont toutes été faites par le même utilisateur, on regarde le « diff » entre la version avant ses ajouts et la toute dernière version.
  • Vérifier les contributions du vandale : Ensuite, je regarde les contributions du vandale détecté. Pareil, dans l’historique de l’article. À côté du nom d’utilisateur (ou de son adresse IP), il y a ( discuter | contributions). Je clique sur contributions. Je vois alors les derniers ajouts qu’a fait le vandale. On peut donc vérifier si les autres modifications qu’il a fait aujourd’hui sont aussi des vandalismes, ce qui est souvent le cas.
  • Revert : Après avoir trouvé tous les vandalismes de l’utilisateur en question, je revert (annule). Pour cela, je sélectionne le « diff » qui va bien. En haut de la colonne de droite du diff, il y a alors un bouton « défaire », ce qui m’amène à une fenêtre d’édition où le vandalisme a déjà été annulé. Je vérifie qu’il y a bien un message dans la boîte de résumé (règle élementaire de politesse). S’il n’y a rien d’écrit, je mets « revert » dans la boîte résumé. Et je publie !
  • Avertissement : Finalement, j’avertis le vandale. Pour cela, je vais sur la page de discussion de l’utilisateur (dans l’historique, bouton discuter à côté du nom de l’utilisateur), et je lui mets un bandeau de prévention en écrivant {{subst:test0}} ~~~~, {{subst:test1}} ~~~~, {{subst:test2}} ~~~~, {{subst:test3}} ~~~~, selon le nombre de fois où il a déjà été prévenu.

Dernièrement, les superutilsateurs, nos chers admins, disposent de quelques outils supplémentaires pour finir de taper du vandale, si celui-ci persiste malgrè les avertissements :

  • Bloquer l’utilisateur : Un admin peut empêcher un utilisateur, ou une adresse IP, de modifier Wikipédia pour un temps donné. Le temps est calculé « au pif », selon la gravité du vandalisme (nombre de modifications et gravité de la diffamation) et selon la régularité du vandale (s’il vandalise tous les 4 jours, il pourrait se faire bloquer 2 semaines, pour qu’il le sente passer)
  • Bloquer la page : L’admin peut aussi bloquer une page (on parle de protection, ou semi-protection, je ne ferais pas la différence ici). Dans ce cas, le vandale ne peut plus modifier l’article qu’il vandalisait. S’il vandalisait une unique page en utilisant des comptes différents, c’est assez utile.

Voilà voilà. C’était un post assez long, mais la lutte contre le vandalisme est un sujet finalement assez vaste, et je pense qu’il y a des choses qui n’ont pas été assez détaillées ici. Comment utiliser l’historique et voir le bon diff, par exemple.

Publicités

Une Réponse to “Comment lutter contre le vandalisme?”

  1. Coyau Says:

    Pour les avertissements, il y a des tas de bandeaux adaptés à plein de cas et qui permettent d’expliquer ce qui ne va pas au « vandale » (il y en a de bonne foi qui fichent le bazar par méconnaissance des règles/conventions/etc.) Voir cette catégorie.

    Des fois (c’est rare, certes, mais ça vaut le coup d’essayer), on repêche un contributeur dans la masse des avertis.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :