Quelles sont les cabales de Wikipédia ?

Une personne apparemment extérieure à wikipédia m’écrit aujourd’hui qu’il est surpris de voir qu’il y a apparemment des communautés de wikipédiens en dehors du site lui-même. Au-delà d’un léger éclaircissement à son intention, certes publique, je me fends d’un post de blog pour expliquer un peu les divers cercles sociaux et relations sociales qui pullulent dans et hors de Wikipédia.

Commençons tout d’abord par les diverses cabales internes au site:

  • Les piliers du Bistro : Le Bistro, dans Wikipédia, c’est une page découpée en plein de page, une par jour. On y discute de tout et de rien à propos de Wikipédia. Immense nid à troll, certains passent le plus clair de leur temps à lire cet espace, et à répondre ou nourrir les trolls. À force de s’engueuler avec les mêmes personnes sur des sujets divers et variés, on finit par apprendre à se connaître.
  • Les portails : Un portail (des portos) est un regroupement d’utilisateurs volontaires regroupés autour d’un thème donné. Ils collent aussi un petit bandeau « portail » en bas des articles, ce qui fait de jolies couleurs, mais sans plus. Cela permet aussi d’unifier le fond et la forme d’articles qui portent sur un même sujet. Au niveau des relations entre wikipédiens, le portail permet de se mettre d’accord entre connaisseurs, passionnés et amateurs du sujet en question, de poser des questions à des gens qui sûrement y connaissent quelque chose sur le sujet, etc. Il est sûrement facile de se faire des amis au sein d’un portail, vu qu’on partage un gros point commun. Personnellement, je n’en sais rien, je ne mets presque jamais les pieds sur les portails.
  • Les projets : Les projets, c’est un peu comme les portails. C’est des regroupements d’utilisateurs volontaires, qui ont un but commun. Ceci dit, les projets se concentrent vraiment sur la forme des articles, parfois sur le fond. Y’a des jours, on sait pas bien pourquoi il y a des projets et des portails, s’il y a bien une différence entre les deux. Vous pouvez comparer le Projet:Chimie et le Portail:Chimie si ça vous amuse. Tout comme les portails, les gens qui s’investissent vraiment dans ces structures finissent par se connaître.
  • Les admins : Sûrement la plus grosse et visible des cabales de Wikipédia, les administrateurs de wikipédia sont la cible préférée de tous ceux qui sont contre Wikipédia, de tous ceux qui se sentent brimés et opprimés dans leur édition de Wikipédia, pour tout ce qui est insultes, plaintes, accusations. Les administrateurs ont même leur propre Bistro pour troller entre eux et se plaindre de leur malheur entre eux. Bien sûr, comme ils peuvent bloquer les pages à l’édition et bloquer les utilisateurs, il vaut mieux ne pas être fâché avec les admins. Simple règle de survie. Comme ils ne sont pas tant que ça, qu’ils ont les mêmes droits, qu’ils ont besoin d’aide pour des soucis que les simples péons ne connaissent pas, les administrateurs forment un cercle social assez net.
  • Les « gens qu’on croise souvent » : Plus bêtement, à force de regarder qui modifie les articles que l’on a dans sa liste de suivi, de regarder les historiques des articles, on finit par voir des pseudonymes récurrents, appartenant donc à des personnes ayant des centres d’intérêt communs, vu qu’ils modifient et/ou lisent les mêmes articles que nous. Souvent, ça reste au niveau de « Je connais sa tête, mais je lui ai jamais parlé ».

Ainsi, dans le cadre même du site Wikipédia, il y a de nombreux cercles sociaux, qui se croisent, se recoupent, se font la gué-guerre, s’aiment et se haïssent. À vrai dire, de plus en plus souvent, les choix d’édition, les permissivités ou blocage etc. se font à coup de copinage et de politique interne. Mais certains diront que je fais rien qu’à troller.

Au fil des ans, à force de se côtoyer sur ce site, les wikipédiens, en tout cas certains, se retrouvent sur d’autres réseaux sociaux, extérieurs au site, les Vraies Cabales, dans le sens où elles n’ont parfois pas la transparence si chère au site Wikipédia. D’ailleurs, je vais vous les classer du plus transparent au moins transparent, et j’en oublie sûrement dans le tas.

  • La blogosphère : Plusieurs wikipédiens tiennent des blogs, un peu comme moi quoi. Le meilleur coin pour voir cette blogosphère est sûrement le Planète Wikimedia, qui répertorie tous ceux qui ont enregistré leur blog dessus (et qui a été confirmé comme étant un blog parlant principalement de Wikimédia). Bien sûr, comme toute blogosphère, on lit les blogs des autres wikipédiens, on se commente entre nous, et je suis persuadé que 90% de mes lecteurs sont des wikipédiens. Comme tous les posts restent tant que l’auteur ne le supprime pas, et que tout le monde peut lire, c’est sûrement le média le plus transparent.
  • Twitter : Plusieurs wikipédiens ont des comptes Twitter. On y discute de choses et d’autres, pas forcément de Wikipédia (parce que la plupart des wikipédiens n’ont pas que wikipédia dans leur vie, moi inclus). Tout le monde peut le lire, mais les messages sont rapidement noyés dans ce flot qu’est Twitter.
  • L’IRC : L’IRC de wikipédia (#wikipedia-fr sur freenode, pour ceux qui comprennent) est aussi une bonne grosse cabale. Permettant de discuter en temps réel par internet, mais ouvert à tous ceux qui se donnent la peine de venir, c’est un endroit où je traîne très (trop) souvent. On y voit toujours les mêmes habitués, avec parfois des gens qui viennent faire un petit passage éclair pour une ou deux questions à propos de Wikipédia. Pour les wikipédiens qui ne sont pas sur l’IRC, ils ont parfois l’impression que l’on prend des décisions à propos de wikipédia simplement en causant entre nous sur IRC, sans consulter le reste de la communauté. Mais en fait, c’est comme tous les autres cercles sociaux présentés ici.
  • Facebook : Média social maintenant presque aussi incontournable qu’avoir un téléphone portable, certains wikipédiens se mettent en « ami » sur facebook (c’est principalement pour cela que j’indique maintenant mon pseudo internet dans mon nom facebook, histoire que ceux qui ne me connaissent que par mon pseudo m’identifient). Pour ce qui est de la transparence des discussions ou partage d’anecdotes, on atteint l’opacité presque totale, pour une personne extérieure. Mais ne vous inquiétez pas, comme tout Facebook, il y a environ 99,99% d’inutile.
  • Les rencontres IRL : Parfois, les wikipédiens d’une même région géographique se donnent rendez-vous à une date et un endroit précis, histoire de voir les têtes des uns et des autres en vrai, et aussi de parler de Wikipédia, de dire du mal de ceux qui ne sont pas là, tout cela autre d’un repas ou d’une bière (ou de plusieurs bières). Je pense qu’en ces occasions, on atteint la transparence 0. Surtout pour la Cabale Île-de-France, petite cabale émergente qui se boit des bières régulièrement presque une fois par semaine, apparemment. Un jour, j’irais les espionner, je vous le promets.
Publicités

14 Réponses to “Quelles sont les cabales de Wikipédia ?”

  1. RM Says:

    + la cabale janséniste ;-)

  2. theoliane Says:

    Bien vu ! J’ai bien aimé ce post, et je dois faire partie de la cabale Twitter puisque c’est là que j’en ai vu l’url… ou alors, je « suis » les bonnes personnes :)

  3. Arkanosis Says:

    Je crois qu’il y a une légère confusion sur ce qu’est un portail ;-)

    Un portail est une page de contenu (parfois avec des sous-pages) sur un thème particulier, et non un regroupement de personnes.

    En général (mais pas toujours) un portail est géré par un projet (qui, lui, regroupe des personnes). Les gros portails sont pour la plupart gérés par un projet qui a le même nom ; les petits portails par des projets plus génériques ou par des contributeurs plus ou moins isolés.

    Bien sûr, tous les projets ne s’occupent pas de portails : il y en a pour certains types de maintenance (homonymies, articles sans portails, interwikis), pour des problèmes techniques (Javascript, accessibilité…)…

  4. garfieldairlines Says:

    Il manque la cabale féline :-D

  5. Jean-Frédéric Says:

    Et la cabale baroque !

  6. Bastien Says:

    Il manque la cabale Wikimédia France :)

  7. Iluvalar Says:

    J’insiste sur la section Les « gens qu’on croise souvent ». Parce que c’est de loin les cabales les plus pernicieuses. Les gens ne se rendent pas forcément compte de leur appartenance à ces cabales. Les points de vue qu’ils partagent entre eux peuvent facilement leur paraitre majoritaire. Et ils perdent le recule nécessaire à un bon article.

    C’est le paradoxe du moment : Si vous voulez rédiger de bon article, il faut vous méfier de votre entourage et de vous même, mais si vous voulez continuer de rédiger, il ne faut surtout pas oublier de flatter tout son entourage et de faire des courbettes.

  8. Saint-Vincent de Paul Says:

    Ne pas oublier les volontaires OTRS, la cabale la plus secrète de Wikipédia, qui peuvent sous de vagues prétextes de respect de la loi imposer leur version d’un article.

  9. Edhral Says:

    Pour la Cabale IdF… on t’attend ! :-D

  10. Moez Says:

    Il y a ceux qui s’occupent des promotions d’article et de l’édition des critères. Il y a ceux qui sont toujours fourrés dans les PàS. Il y a plein de niches en fait sur Wikipédia.

    • Litlok Says:

      Oui, Popo devrait être d’accord. Il y a plein de niches sur Wikipédia.

      Et aussi la cabale des CU, celle des arbitres, des bubus…

      La cabale des anti-cabales aussi, il ne faut pas l’oublier -et ce n’est qu’une demi-plaisanterie!

  11. chandres Says:

    euh… et la cabale au canada?

    je suis déjà dehors


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :